Pages Menu
Facebook
Categories Menu

Posted by on Avr 3, 2017 in santé, Vie courante |

En savoir plus sur l’hypnose

Le deuxième service le plus demandé sur psychologue.net est l’hypnose. Depuis le début de l’année, 2610 utilisateurs ont sollicité l’aide d’un thérapeute spécialiste de l’hypnose.

rue-angleterre_ai1

L’hypnose arrive en deuxième position derrière les thérapies de couple. Le grand public développe depuis 5 mois un vif intérêt pour les thérapies par l’hypnose.

L’hypnose rencontre un véritable succès dans les départements suivants (classés par ordre décroissant) : Bouches-du-Rhône, du Var, du Val de Marne, de l’Isère, le Pas de Calais et de la Seine-et-Marne.

demandes-des-utilisateurs

Delphine Maes, Psychothérapeute à Montpellier et spécialiste de l’hypnose depuis 10 ans a répondu à nos questions.

Le déroulement d’une séance

La première séance permet de faire le point sur ce que vous souhaitez et sert également à déterminer la durée de la thérapie, la fréquence des séances. Espacez les séances de quelques semaines permet d’avoir du recul pour observer les changements.

La durée d’une séance sous hypnose est variable. Pour Delphine Maes, psychothérapeute au cabinet de psychothérapie du Millénaire à Montpellier, une séance de 15 à 30 minutes permet de traiter un aspect important de la problématique amenée par le patient.

Lors d’une séance d’hypnose, le patient entre dans un état de conscience modifié, il ne dort pas vraiment mais n’est pas non plus totalement éveillé. L’inconscient prend alors le dessus, l’attention au monde extérieur diminue et le patient se focalise sur les suggestions.

Le patient entre alors dans ce qu’on appelle l’état hypnotique.

Il existe deux grandes écoles en hypnose : le courant de l’hypnose classique, les ordres sont directs. L’hypnotiseur est dominant. Au contraire, dans l’hypnose ericksonienne, qui est aujourd’hui l’approche privilégiée, c’est le patient qui est au centre de la séance. L’hypnothérapeute est alors un accompagnant.

 

checs

Les usages de l’hypnose

De très nombreux problèmes peuvent être pris en charge par l’hypnose, en voici quelques exemples :

  • Le stress, l’anxiété et les séquelles liées au stress post traumatique ;
  • La douleur ;
  • Les bouffées de chaleur et la ménopause ;
  • Les addictions : alcool, drogue tabac ;
  • Certaines pathologies telles que la colopathie ;
  • Les phobies ;
  • Les Troubles Obsessionnels du Comportement ;
  • Les acouphènes ;

L’hypnose peut également être envisagée comme un accompagnement dans les maladies graves notamment pour soulager et atténuer les effets secondaires liés aux médicaments.

L’hypnose est particulièrement conseillée dans le traitement des traumatismes. Les possibilités sont vastes, tant dans un cadre d’aide psychologique, que dans le domaine médical (hypnosédation, gestion de la douleur…).

Aujourd’hui, l’hypnose est très utilisée pour arrêter de fumer. L’hypnose rencontre un grand succès dans ce domaine par rapport à une thérapie classique. Delphine Maes pense que l’hypnose permet notamment de « contourner » la rationalisation que fait le patient à propos de la cigarette, c’est à dire l’expression et la conviction de toutes les « bonnes » raisons de continuer de fumer, et de toutes les difficultés à arrêter.

On peut supprimer par le biais de l’hypnose les habitudes, la dépendance, et désactiver les ancrages comme le lien cigarette-café ou cigarette-alcool etc.

Une thérapie adaptée à tous

Pour la psychothérapeute, l’hypnose est un état physiologique naturel. C’est une sensation que beaucoup d’entre nous connaissent sans forcément en avoir conscience. Etre perdue dans ses pensées ou être dans la lune est une forme d’état d’hypnose, notre attention est centrée sur une idée ou une pensée et on fait alors abstraction de ce qui nous entoure. On peut ressentir cela en conduisant, en marchant.

Lors d’une séance d’hypnose, on détecte une activité cérébrale différente de l’état de veille ou de sommeil lors d’un IRM. Tout le monde est hypnotisable, bien que certaines personnes soient moins « suggestionnables » que d’autres, elles mettront plus de temps à atteindre l’état de transe hypnotique.

L’hypnose fonctionne très bien chez les petits car ils sont plus ouverts et disponibles aux suggestions, visualisations, constructions symboliques mais les séances durent moins longtemps puisque leur capacité de concentration est moins élevée que celle d’un adulte

regard-enfant

Forte d’une expérience de plus de 10 ans, Delphine Maes reconnaît de nombreux bienfaits à l’hypnose. Il n’y a pas d’inconvénients à l’hypnose, si ce n’est chez certains patients, la croyance que l’hypnose peut tout guérir ! Ses principales contre indications concernent certains états psychologiques (états dissociatifs, schizophrénie, psychose, lésions cérébrales, troubles maniaco-dépressifs, paranoïa.)

L’hypnose est une pratique qui est considérée comme sûre si elle est pratiquée par un professionnel bien formé. Il n’existe pas de risque de rester “bloqué” sous hypnose. Sans sollicitation de l’hypnotiseur, on sort de l’état d’hypnose en quelques minutes.

De même, on ne peut pas forcer quelqu’un sous hypnose. Si l’hypnotiseur choque la personne en allant à l’encontre de ses valeurs par exemple, la transe hypnotique prend fin et le sujet se réveille.

Les travaux de Virot et Bernard ont mis en évidence l’existence de trois conditions nécessaires pour entrer dans un état hypnotique. Ces trois conditions sont les suivantes :

  • la motivation du patient,
  • la coopération du patient,
  • et sa confiance dans le thérapeute.

Pendant une séance d’hypnose, la personne hypnotisée garde le contrôle et peut à tout moment sortir de son état d’hypnose.

Les résultats d’une séance d’hypnose sont assez rapides, généralement deux séances à six sont suffisantes. Néanmoins, les premiers changements peuvent se produire dès la fin de la première séance.